Funérailles en Islam

L’agonie, la mort, le lavage du mort, la mise en linceul, la prière sur le défunt, l’enterrement… sont autant d’étapes dont Le Prophète (p&s) nous a explicité les règles.

Les funérailles.

Les rites funéraires sont spécifiques à chaque culture et croyance.
L’Islam possède ses propres usages en la matière.
Tout musulman(e) doit prendre connaissance de quelques prescriptions utiles concernant sa relation au défunt et à ses proches : familles ou amis.
L’agonie, la mort, le lavage du mort, la mise en linceul, la prière sur le défunt, l’enterrement… sont autant d’étapes dont Le Prophète (p&s) nous a explicité les règles.

Se rappeler la mort.

Tout musulman doit garder à l’esprit qu’il est un être voué a disparaître. Ce rappel l’incite à l’obéissance, à la crainte et à l’espoir en Dieu.
D’après Ibn Omar que Dieu l’agréé :
« Un homme des Ansar demanda au Prophète (p&s) – Oh ! Prophète qui est le plus habile et le plus sérieux ? – Celui qui se rappelle la mort le plus, répondit-il. Celui-ci conserve la dignité de la vie ici-bas et l’honneur de l’au-delà. Il a également dit : « Rappelez-vous souvent la destructrice des plaisirs. ». (Tabarani)

La mort : un bienfait pour le croyant.
Le Prophète (p&s) a dit :
« La mort est le meilleur don accordé au croyant. ». (Tabarani)
En effet, c’est pour lui l’heure tant attendue de rencontrer Celui que toute sa vie durant il a adoré sans rien Lui associer.
Prophète (p&s) a dit :
« Vous indiquerai-je les meilleurs parmi vous ? Oui ô! Messager, répondirent les hommes. Il dit : « Les meilleurs parmi vous sont ceux qui mènent une longue vie pleine de bons actes. ». (Ahmed)
En effet celui qui fait le bien ne pourra qu’en faire d’avantage et celui qui fait le mal pourra s’en repentir.
Le Prophète (p&s) a dit à un homme qui mourait :
«Comment te sens-tu ? -J’espère la miséricorde de Dieu et je le crains pour mes fautes » répondit l’homme.
«Si ces deux choses se trouvent au cœur d’un croyant, Dieu lui donnera ce qu’il a espéré et l’abritera de ce qu’il a craint. » Répliqua le Prophète (p&s).

L’agonie.

1. Le Prophète (p&s) a dit :
« Apprenez à vos agonisants musulmans de dire : Il n’y a de Dieu que Dieu. ».(Muslim)
Que la chahada soit la dernière parole d’un agonisant.
2. Le tourner sur son côté droit direction la Qibla (la Mecque) et réciter la sourate Yassin à son chevet, qui a pour effet d’abréger les souffrances.
Le Prophète (p&s) a dit :
« Si on récite la sourate Yassin chez l’agonisant, Dieu allègera ses fautes. ». (Ahmed)
3. Dès qu’il a rendu l’âme, on lui ferme les yeux et on le couvre d’un drap. On s’abstient de pousser des cris de lamentations.
Le Prophète (p&s) a dit :
« Le mort souffre des cris et des lamentations que le vivant pousse à son égard. ». (Bukhari)
4. Acquitter ces dettes au plus vite si son testament le stipule ou si il les a révélées de son vivant. Le Prophète avait refusé sa prière pour un mort endetté avant qu’on les eut réglé et dit : « L âme du croyant est attachée à ses dettes jusqu’à ce qu’elles soient acquittées. ». (Ahmed &Tirmidhi)
5. Effectuer la toilette mortuaire.
6. Envelopper le défunt d’un linceul. ( blanc, propre, couvrant tout le corps encensé )
7. Hâter son enterrement

La mort.

Lorsque la mort survient, il est recommandé au proche du défunt d’invoquer Dieu selon la formule suivante :
« Nous sommes tous à Dieu et à Lui nous retournons. »
D’après Ibn ‘Abbas, Dieu couvre de Sa bénédiction et de Sa clémence tous ceux qui disent cette formule lors d’un malheur.
Le Prophète (p&s) a dit :
« Aucuns homme ne sera frappé d’un malheur et dira : « Nous sommes à Dieu et c’est vers Lui que ce fera le retour, Oh ! Seigneur, je prie pour que ce malheur soit compté auprès de Toi comme un bien pour moi, récompense –moi donc et change-le par quelque chose de meilleur pour moi » sans que Dieu ne le récompense et ne lui change ce malheur par une chose meilleure. ». (1) (Muslim)

Annoncer la mort.

Il est recommandé d’annoncer le décès du croyant aux proches et amis afin qu’ils aient les mérites de leur participation à l’enterrement et que le mort bénéficie des invocations de ceux-ci.

Période de Deuil.

Le deuil des proches est fixé à 3 jours et le deuil de la femme sur son conjoint est fixé à 4 mois et 10 jours.
Le Prophète (p&s) a dit :
« Il n’est pas permis à toute femme qui croit en Dieu et au Jour dernier de porter le deuil suite à un décès de l’un des siens au-delà de trois jours. Exception faite pour le mari, auquel cas elle porte le deuil pendant 4mois et 10 jours. ». (Bukhari & Muslim)
Le deuil consiste : à s’abstenir de s’orner, de se farder, de se parfumer, de se teindre les cheveux, de porter de la soie ceci durant toute la période de viduité par fidélité et respect pour les droits du défunt.

Les condoléances.

Présenter ses condoléances dans les 3 jours avant ou après l’enterrement afin d’inciter à l’endurance de soulager le chagrin des proches du défunt par des paroles apaisantes.
Le Prophète (p&s) a dit :
« Chaque musulman qui présente ses condoléances à un frère affligé d’un malheur, Dieu à Lui l’Omnipotence et la Majesté le vêtira des draps de la dignité le jour de la résurrection. ». (Ibn Maja)
Par signe d’attention et de générosité préparer à manger pour la famille du défunt trop préoccupé par l’événement.
S’abstenir des grandes réunions à festins généreux organisé aux frais de la famille du défunt.
Ainsi que de la fameuse réunion après 40 jours de deuil : innovation ! ! !

La prière mortuaire.

Après avoir effectué la toilette mortuaire et la mise en linceul du défunt, on s’apprête à faire la prière du mort soit à la mosquée soit sur le lieu même de l’enterrement.
Cette prière est un devoir qui incombe à la communauté (fard kifaya).
La prière sur le mort a les même exigences que les prières quotidiennes si ce n’est la particularité de ne comporté aucune prosternation et aucune inclinaison. Elle se déroule de la manière suivante :
a) En état de pureté, on formule l’intention de faire la prière du défunt.
b) Se tenir debout en levant les mains et prononcer le Takbir (Allahou Akbar) ensuite mettre la main droite sur la main gauche et réciter la Fatiha.
c) Takbir suivi de la prière sur le Prophète(p&s)
d) Takbir suivi d’invocations pour le défunt
e) Takbir suivi de la glorification et invocation de Dieu, terminé par les salutations finales.
Le Prophète (p&s) a dit :
« Si le nombre de ceux qui font la prière pour un défunt musulman atteint une quarantaine et s’ils sont tous monothéistes, fidèles à Dieu Seul, Dieu pardonnera au défunt. » (Muslim)
Le Prophète (p&s) a dit :
« Chaque musulman doit envers son frère six devoirs : quand vous le rencontrez, saluez-le, et s’il vous invite acceptez l’invitation, s’il vous demande conseil, donnez-en lui, s’il éternue et loue Dieu, dites-lui «Dieu vous fasse miséricorde », s’il tombe malade visitez-le. Et quand il meurt, marchez dans le cortège mortuaire. ». (Muslim)
D’après ‘Uthman Ibn ‘Affane, que Dieu l’agrée, le Messager (p&s) une fois l’enterrement terminé, se mettait devant la tombe et disait :
« Demandez le pardon pour votre frère, souhaitez qu’il soit raffermi (sur la foi) en répondant aux questions (des anges) car maintenant ils l’interrogent. » (Abu Dawud)

Ne parler du défunt qu’en bien.

Le Prophète (p&s) a dit :
« Rappelez-vous les bienfaits de vos morts et gardez leurs méfaits en secret .». (Tirmidhi)
Le Prophète (p&s) a dit :
« Lorsqu’un serviteur meurt, et duquel Dieu connaît des péchés alors que les gens en disent du bien, Dieu dira aux anges: « J’ai accepté le témoignage de mes serviteurs et Je lui ai pardonné ce que Moi Je connais de lui. ». (al-Bazzar)

Actes dont le mort bénéficie.

Le Prophète (p&s) a dit :
« Lorsque l’homme meurt ses œuvres cessent sauf trois : une aumône courante ( ex : construction d’une mosquée), une science utile (un savoir acquis et répandu) et un bon fils qui lui invoque Dieu. ». (Muslim)
Celui qui aura répandu de bonnes habitudes auprès des gens bénéficiera de ses mérites ainsi que des mérites des exécutant après sa mort . Il en est de même pour un mal répandu, il sera chargé de ses propres fautes ainsi que ceux de ses exécutants après sa mort.

Quelles sont les actes que les proches peuvent accomplir au nom du défunt ?

Prier pour lui et lui demander la miséricorde de Dieu, faire l’aumône, jeûner, accomplir le pèlerinage, la prière, réciter le Coran.
Dieu Exalté dit :
« Seigneur ! Nous avons entendu l’appel de celui qui a appelé ainsi à la foi : « Croyez en votre Seigneur » et dès lors nous avons cru. Seigneur, pardonne-nous nos péchés, efface de nous nos méfaits et place-nous, à notre mort avec les gens de bien. ». (3 :193)

(1) « innâ lillâhi wa-innâ ilaïhi râji’oun. Allahouma ‘indaka ahtasibou
mouçibati fa jorni fihâ, wa abdilni min-ha khaïran ».

Réf : LES EXHORTATIONS ET AVERTISSEMENTS ; Imam al-Hafiz al- Mundiri
ed : Dar el Fikr
LES REGLES DE LEGISLATION ISLAMIQUE ECLAIREES PAR LA TRADITION PROPHETIQUE ; Sayed Sabiq
ed : Dar el Fikr.